Si la tempête Alexa est partie du Moyen-Orient aussi rapidement qu’elle y a fait des dégâts, les réfugiés continuent à souffrir du froid. Sans électricité, ni mazout pour se chauffer, ils sont nombreux à être malades sans avoir les moyens de se soigner. Les ONG se disent débordées. Certains passent leur troisième hiver au Liban.

Reportage à Ersal, juste après le passage de la tempête. Des milliers de réfugiés avaient afflué les jours suivants, à mesure que le régime syrien reprenait la zone frontalière des montagnes Qalamoun.

Publicités