Recherche

Anaïs Renevier – Journaliste

Correspondances du coin de la rue au bout du monde.

Catégorie

*Vu à la TV!

Nostalgie louisianaise

Aujourd’hui, je me suis surprise à écouter de la musique Zarico en souvenir de ces heures passées à danser dans un parc de Lafayette pendant le festival créole et acadien, sous les 30 degrés ensoleillés qu’offrait cette fin d’octobre 2016.
Et par la même occasion, j’ai réalisé que je n’avais pas mis en ligne le fruit de mes travaux. Car c’est bien beau de danser le zarico, de faire du bateau avec un Indien qui appelle ses enfants selon la météo du jour et de manger de l’alligator sausage Po-Boy, mais faut bien bosser.

Voici quelques unes de mes productions réalisées pendant ce voyage à travers la Louisiane francophone :

Pour avoir un aperçu de l’état de la francophonie en Louisiane : Les francophonies éclatées

Rencontre avec le poète Zachary Richard 

Les Cadiens résistent à l’envahisseur anglophone. 

Une émission de radio pour faire vivre le français 

 

A bientôt, et laissez les bons temps rouler…

Publicités

Mésaventures birmanes

Plus de deux mois après mon retour de Birmanie, me revoilà. Avec des liens vers le fruit de ce travail de terrain de cinq semaines. Tous les reportages n’ont pas encore été diffusés, mais voici une petite sélection :

Reportage aux alentours de la plus grande mine de cuivre du pays, où se trame une catastrophe environnementale et sociale. Pour la RTS.

Avec les skateurs de Rangoun, sur le Mouv.

Portrait d’une activiste Rohingya pour Les Terriennes.

Sur le plan professionnel, le pari birman a été un vrai succès. Partie en n’ayant quasiment rien pré-vendu, j’ai pu publier des sujets longs et couvrir les élections, collaborant ainsi pour une petite dizaine de médias.

Mais sur le plan personnel, le voyage aura eu son lot de péripéties : micro cassé, racheté à prix d’or, fixeuse, puis monteur, qui annulent au dernier moment alors que les deadlines étaient serrées, passage à l’hôpital, route effondrée qu’il aura fallu reconstruire nous même dans la boue et sous la pluie, conditions d’hygiène déplorables, hôtels miteux – budget freelance oblige. Malgré la beauté des paysages et la gentillesse hors pair des Birmans (ils seraient d’ailleurs le peuple le plus généreux au monde), je n’étais pas fâchée de rentrer. Avec dans mes bagages, un souvenir assez spécial : des bactéries birmanes qui m’ont forcé ces deux mois à lever le pied sur les projets freelance, privilégiant le repos et les boulots alimentaires sécurisants. Jusqu’à quand aurais-je envie de faire du terrain «low cost», où j’avance tous les frais, sans certitude de vendre? On verra. Les idées pour 2016 ne manquent pas, le temps d’une petite pause je reviendrai avec plein de nouveaux projets. Et peut-être cette fois financés par d’autres biais que mes économies, il est bien permis de rêver en ce début d’année.

Anaïs Renevier

LIBAN – TV5 MONDE : Naqoura, village écologique pionnier

ahmad naqourajardin public naqourabananiers naqoura

Aujourd’hui, tous les regards sont tournés vers le sud du pays, en proie à des tensions entre le Hezbollah et Israël. L’occasion de vous faire découvrir la dernière ville libanaise avant la frontière israélienne, et de rappeler qu’il n’y a pas que le spectre de la guerre dans cette zone qui tente, malgré tout, de se construire

Un reportage diffusé sur TV5 Monde en décembre 2014, à (re)découvrir ici

LIBAN – TV5 Monde : Mazen Kerbaj, « Beyrouth je t’aime et je te hais »

199680790_47a89d6a60

Portrait de Mazen Kerbaj, dessinateur de BD libanais diffusé sur TV5 Monde.  Un reportage sans commentaires, rythmé par la musique crée par Mazen.

LIBAN – TV5 MONDE : Soldats otages de l’Etat Islamique

Je m’absente du Liban pour quelques semaines, et le fait d’actu des derniers mois c’est l’enlèvement d’une trentaine de soldats libanais début août par l’Etat Islamique et le front Al Nosra. 4 d’entre eux ont été tués, les autres sont toujours otages. Rencontre avec leurs familles qui organisent des sit-ins devant le parlement libanais, pour TV5 Monde :

http://www.youtube.com/watch?v=clNPHUlM5Sg&list=UUJsZHPR1jqKu-soDmKNMBFg&feature=player_detailpage#t=111

LIBAN – TV5 MONDE : A Tripoli, la Révolution passe par le hip-hop

Tr1350656224_front_coveripoli, deuxième ville du Liban connue pour les   affrontements réguliers entre quartiers alaouite de  Jabel Mohsen et sunnite de Bab el Tabbeneh.  Les jeunes de ces quartiers sont marqués par des  cycles de violences récurrents depuis  plusieurs décennies. Plusieurs dizaines d’entre eux ont trouvé un moyen de s’exprimer au delà des conflits interconfessionnels, via le langage international de la danse, et plus spécifiquement du hip hop. Reportage à Tripoli à voir ici 

LIBAN – TV5 MONDE : Xriss Jor, une Libanaise future star de Quincy Jones

Xriss' Album Carlos Version_Page_05Hier, j’ai rencontré Xriss. C’était en 2010, elle avait déjà un grain de folie qui égayait nos virées estivales. Elle avait déjà une voix soul impressionnante. Nous avions toutes les deux des rêves, elle voulait chanter, je voulais être journaliste au Liban.

Aujourd’hui, nos chemins se recroisent régulièrement, et récemment c’est pour l’interviewer que je l’ai revue.

Demain, elle sera la nouvelle star de Quincy Jones.

Une figure charismatique, une chanteuse hors paire, à découvrir sur le papier sur le site de l’Agenda Culturel, et en vidéo dans le journal de la culture de TV5 Monde.

LIBAN – TV5 MONDE : A la belle époque du train…

70-1Ce dimanche, l’émission Maghreb Orient Express revient sur les vestiges d’une des correspondances de l’Orient Express. Il y a un siècle, la gare de Tripoli accueillait les luxueux wagons du Taurus Express. En effet, avant la seconde guerre mondiale, les passagers ayant traversé le Bosphore pouvaient s’arrêter à Alep en Syrie d’où ils pouvaient rejoindre l’Irak, ou le Liban, avec pour terminus Tripoli.

Voir le reportage sur les vestiges du Taurus-Express à Tripoli et à Beyrouth, réalisé avec Coline Charbonnier

LIBAN – RTS : Le froid touche de plus en plus durement les réfugiés

Si la tempête Alexa est partie du Moyen-Orient aussi rapidement qu’elle y a fait des dégâts, les réfugiés continuent à souffrir du froid. Sans électricité, ni mazout pour se chauffer, ils sont nombreux à être malades sans avoir les moyens de se soigner. Les ONG se disent débordées. Certains passent leur troisième hiver au Liban.

Reportage à Ersal, juste après le passage de la tempête. Des milliers de réfugiés avaient afflué les jours suivants, à mesure que le régime syrien reprenait la zone frontalière des montagnes Qalamoun.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑