Recherche

Anaïs Renevier – Journaliste

Correspondances du coin de la rue au bout du monde.

Catégorie

*In english

SYRIE – Evacuation périlleuse des blessés d’Al Qousseir

Aucune organisation non-gouvernementale n’a pu accéder à Qousseir depuis la fin de la bataille le 5 juin dernier. Le régime a alors repris la ville aux rebelles. L’ONU estime que 40.000 personnes ont fui la ville au mois de mai. L’évacuation des blessés est périlleuse, et certains combattants rebelles vont même jusqu’à négocier leur escorte au Liban en échange de corps de combattants ennemis. Le point sur la situation depuis Qarah en Syrie (dans la zone de Qousseir proche du Liban) jusqu’à Tripoli au Liban où un hôpital à ouvert ses portes en 3 jours pour accueillir des combattants blessés. Un article à lire en anglais

Publicités

LIBAN – IRINNEWS : Tripoli respire à nouveau

Pour la première fois,  j’ai pu me promener dans les rues de Jabal Mohsen à Tripoli en toute quiétude. Une promenade agréable, mais surtout l’occasion d’un reportage à la rencontre des acteurs de la paix dans la ville. Depuis le plan sécuritaire mis en place en avril partout au Liban, ils ont l’espoir que Tripoli redevienne une ville attractive au Liban.

Un article à lire en anglais 

Download.aspx

LIBAN – IRINNEWS : Les enfants syriens, une génération perdue?

Image

Sur cette photo prise par Moustafa Cheaiteli, des dessins d’enfants Syriens quelques jours après leur arrivée au Liban.

Nous sommes allées rencontrés plusieurs de ces enfants dans le camp palestinien de Chatila, voici leur histoire (en anglais)

Autre enfant, autre souffrance, le portrait vidéo de la petite Nawal, paralysée par un éclat d’obus, pour TV5 Monde.

Sur tous ces visages, un point commun : un grand sourire. Un sourire d’espoir.

LIBAN – IRINNEWS : A la frontière libano-syrienne, les fermiers paient le prix fort les retombées de la crise syrienne.

L’histoire commence à El Qaa dans la Bekaa, dans un no man’s land situé entre le dernier poste frontière libanais, où le transit se fait rare et le premier poste frontière syrien, à l’abandon. Sur cette bande de 7 kilomètres, beaucoup de fermiers ont abandonné leurs terres. D’autres sont arrivés avec quelques animaux, exilés de Syrie. Les fermiers vivent dans la peur des mines à la frontière, et doivent parfois abandonner leurs champs lorsque des rebelles investissent la zone pour tirer des roquettes sur des villages du Hezbollah à moins de 20 km de là. Comment continuer à cultiver, malgré tout? Quel est le coût de la crise syrienne sur l’agriculture libanaise? Un reportage à lire en anglais.

LIBAN – IRINNEWS : La vie au quotidien, quand on héberge des réfugiés

Voici en anglais l’une de mes dernières publications. J’ai passé une journée avec une superbe femme libanaise, qui héberge 7 réfugiés syriens dans son petit trois-pièces depuis 6 mois. Voici un petit extrait de leur quotidien.

LIBAN – IRINNEWS : Situation de plus en plus déplorable pour les réfugiés syriens au Liban

Hier, Médecins Sans Frontières a publié un rapport alarmant sur le manque d’aide aux réfugiés syriens au Liban. Un point sur la situation avec les ONG et le Haut Commissariat pour les réfugiés à Beyrouth, publié en anglais. Vous pouvez lire mon article ici sur le site d’Irinnews.

LIBAN : Art et activisme à Beyrouth

L’actualité des derniers jours ayant été très prenante, je n’ai pas encore eu le temps de vous faire partager mon reportage sur Share Beirut. Importé de Belgrade, Share est un rassemblement d’activistes, geeks, artistes et libre penseurs inédit au Liban. L’occasion de rappeler que Beyrouth est un foyer d’énergie et de créativité, et qu’elle ne devrait pas être sous le feu des projecteurs uniquement quand des tensions se font sentir. Le reportage est en anglais.

BERLIN – Billet : Tacheles is closing, but who cares?

Recently moved to Beirut, but still thinking of my beloved (and how gentrified!) Berlin… Tacheles is closing but who cares? was published today on the cool travel website Hejorama. It’s a translation of a french article previously posted in this blog.
/

Je viens de poser mes valises à Beyrouth pour une durée indeterminée, ce qui ne m’empêche pas d’avoir toujours un oeil sur Berlin… Ici, la version anglaise de ce billet paru en français il y a quelques semaines. L’article a été publié sur le site Hejorama, a laissé par terre quelques cheveux que je me suis arraché pendant la traduction, un grand merci aux correcteurs d’ailleurs.

A bientôt, pour mes premières publications beyrouthines!

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑