Alors que de plus en plus de pays sont touchés par le COVID-19, la planète entière se confine, de gré ou de force. Comment se passe la quarantaine ailleurs? En quoi c’est différent d’être confiné à Taïwan, en Italie ou sur une île du Pacifique? Episode 7 à Dubaï.

“Je pense que ce confinement est une opportunité, celle de se connecter à d’autres à distance, de créer des communautés et d’avoir des idées folles.” 


Collin, 41 ans, originaire d’Afrique du Sud, est expatrié à Dubaï. Confiné dans son appartement avec son épouse et sa fille, il s’est lancé un pari fou : celui de courir un marathon sur son balcon, avec sa femme. Le couple a diffusé la course en direct sur les réseaux sociaux et a fait le buzz.

“Cela doit faire 4 ou 5 semaines que je suis confiné, je ne sais plus exactement. Au final, c’est une longue et même journée.” 

Après avoir recompté, Collin indique être confiné depuis 33 jours. A Dubaï, les habitants doivent déposer une demande sur un site gouvernemental pour obtenir l’autorisation de faire leurs courses ou aller à la pharmacie.

“Après plusieurs jours de confinement, tu commences à devenir un petit peu fou. Je voulais trouver un projet sur lequel je pouvais me concentrer en famille. Je voulais faire quelque chose de dingue.”

Pour ce couple de sportifs, le projet est tout trouvé : courir un marathon chez eux, soit plus de 1000 allers-retours sur leur balcon d’une vingtaine de mètres.

« Ce qu’il manquait sur le balcon, c’est des gens qui vous encouragent! Et il faut toujours s’arrêter, faire demi tour, reprendre… Tu ne peux pas vraiment aller vite, tu traînes les pieds. Ca met les articulations à rude épreuve.” 

A la fin de la course, le chronomètre affiche 5 heures, 9 minutes et 39 secondes. 

« En réalité on a couru 4h35, on a fait des pauses pour aller aux toilettes ou se désaltérer. Le plus dur, ça a été de passer plusieurs milliers de fois devant la fenêtre de notre chambre où on pouvait apercevoir notre lit! » 

Pendant l’épreuve, leur fille âgée de dix ans s’est occupée de la distribution de boissons et collations et de la playlist musicale. 

« On l’a aussi fait pour l’occuper, pour lui donner un projet sur lequel se concentrer. Elle s’est impliquée dans la préparation les jours précédents. »

Le couple ne s’attendait pas à avoir autant de vues sur l’évènement retransmis en direct sur Instagram. Ils ont été contactés par plusieurs médias, leur défi a inspiré d’autres personnes. Depuis le début du confinement, la planète entière semble prise de la folie des marathons : sur un balcon, dans un jardin, autour d’un lit… Le Conseil des sports de Dubaï a même organisé une épreuve officielle de marathon à la maison, elle aura lieu vendredi 10 avril. Collin n’y participera pas.

« Je ne pense pas que ce soit une bonne idée d’inviter à courir un marathon à la maison, 99% des gens ne sont pas prêts physiquement, ils peuvent se blesser. »

Profitant de son succès sur les réseaux sociaux, l’expatrié sud-africain a décidé de créer une communauté de coureurs, la GRID. Certes il encourage à la pratique sportive, à dose raisonnable, mais veut avant tout créer un lien avec les autres : c’est primordial selon lui pour supporter le confinement.

« On lance un projet ouvert à tous, même à ceux qui ne sont pas sportifs. Pendant 50 minutes, on sera en direct sur l’application Zoom, les participants pourront courir ou marcher s’ils veulent, tout en ayant de la compagnie. L’idée c’est de créer du lien à distance. »

Une première course test aura lieu samedi 11 avril, à 14 heures (heure de Dubaï).

« Si vous n’avez pas un espace assez grand chez vous, vous pouvez mettre du liquide vaisselle par terre pour faire un tapis de course il y a plein de tutos sur ça. Attention, ça peut être glissant. »

Si son évènement rencontre du succès, Collin compte le répéter régulièrement. Et espère, qu’après la fin du confinement, les liens créés en ligne pourront être conservés : « Peut-être que deux voisins qui se sont parlés en ligne pendant le confinement pourront aller faire de l’exercice ensemble! »

Vous pouvez suivre Collin sur son compte Instagram ou rejoindre la communauté GRID

Pour suivre les nouvelles publications de la série « Coronavirus – Une planète à huis-clos », rendez-vous sur Twitter