Depuis la fin du Ramadan, les Palestiniens de Syrie ne sont plus acceptés sur le territoire libanais, sauf « cas humanitaire ». Témoigne, d’Ahmad, Palestinien du camp de Yarmouk, refoulé à la frontière alors que sa famille se trouve dans un camp libanais de la Bekaa. « Je préfère que ma famille revienne vivre sous les bombes plutôt que d’être humilié à la frontière Libanaise »

A lire en anglais ici.

Publicités