Quelques heures après un attentat. Quelques jours avant un nouvel assassinat. Loin du tumulte, Beyrouth reste lunaire, presque timide, effacée. Ses gratte-ciels a l’abri de dunes de fortune, qui tentent de résister à la tempête qui s’approche. La ville reprend son souffle, et se fatigue.

20130719-003550.jpg

Publicités