L’histoire commence à El Qaa dans la Bekaa, dans un no man’s land situé entre le dernier poste frontière libanais, où le transit se fait rare et le premier poste frontière syrien, à l’abandon. Sur cette bande de 7 kilomètres, beaucoup de fermiers ont abandonné leurs terres. D’autres sont arrivés avec quelques animaux, exilés de Syrie. Les fermiers vivent dans la peur des mines à la frontière, et doivent parfois abandonner leurs champs lorsque des rebelles investissent la zone pour tirer des roquettes sur des villages du Hezbollah à moins de 20 km de là. Comment continuer à cultiver, malgré tout? Quel est le coût de la crise syrienne sur l’agriculture libanaise? Un reportage à lire en anglais.

Publicités