A l’issue du festival Ayam, consacré au cinéma arabe, état des lieux du documentaire arabe, entre mémoires et intimités.

Publicités