Il y a onze mois le mur de Berlin fêtait les vingt ans de sa chute. La fête n’est pas finie, aujourd’hui l’Allemagne entière a célébré les vingt ans de la réunification, cette fois dans une ambiance plus intime.

Le 9 novembre, le grand jeu avait été sorti pour accueillir politiciens et touristes du monde entier. Dominos géants, feux d’artifices hauts en couleur, concerts, rien n’était trop beau pour célébrer cet événement particulier. Les festivités se sont déroulées sous le regard amusé, ou déconcerté de certains Allemands qui dénigraient cette fête sponsorisée par Coca-Cola. L’un deux, Johann disait «La vraie fête, s’il doit y en avoir une, devrait être le 3 octobre 2010». La fête a eu lieu, cette fois juste entre Allemands. Revue de presse d’un jour spécial.

 

Tensions Est-Ouest

Tout d’abord, les tensions entre Wessis et Ossis (1) sont loins d’être apaisées. Welt am Sonntag titrait la semaine dernière :«187 000 000 000 d’euros, c’est ce que nous coûte le Soli» (impôt de solidarité payé par les Allemands pour la reconstruction de l’Est). Un papier du Welt Online expliquait lui que 33% des Allemands de l’Ouest trouvaient normal que les salaires soient moins élevés à l’Est, même 20 ans après. La réalité est dure, et il est vrai que statistiquement, dans l’ex-RDA, le chômage est plus élevé. La pauvreté et la montée de l’extrême droite y sont des réalités quotidiennes.

A contre courant, le TAZ titre lui :«Les Allemands de l’Est donnent du peps à l’Ouest» : depuis 1990, 1,8 millions d’Allemands de l’ex-RDA ont déménagé à l’Ouest, au profit des Länder du l’ex-RFA. Une sorte de fuite des cerveaux interne, qui expliquerait pourquoi les déséquilibres persistent.

Le FAZ combat franchement le cliché avec son diaporama intitulé :«En quoi les allemands de l’est sont meilleurs!» Et de nous informer qu’ils sont plus intelligents (en 2006, la Saxe a décroché la première place au test PISA, tous domaines confondus), ont des meilleures joueuses de baby foot,  sont plus câlins (37% d’entre eux ont un nounours dans leur lit contre 24% des Allemands de l’Ouest), ont plus d’enfants et savent faire de meilleurs barbecues : le champion d’Allemagne sacré «roi du barbecue» vient d’Erfurt!

« Wir sind ein Volk »

La césure persiste donc, mais au-delà de ces chamailleries Est-Ouest à grande échelle, l’accent a été mis aujourd’hui sur l’unité de la nation.  Le président fédéral allemand Christian Wulff a souligné que l’Allemagne était un pays de diversité, et qu’il devait trouver son unité, invitant dans son discours les Allemands à plus de solidarité envers les étrangers (FAZ). Sous la devise «Wir sind ein Volk» (2), le Reichstag a été illuminé aux couleurs du drapeau allemand. Et pour souligner en  beauté la réussite de l’événement, le TAZ nous apprend qu’un mémorial de l’Unité sera construit prochainement. L’Allemagne a aujourd’hui fêté sa diversité en s’interrogeant parallèlement sur son unité.

Billet web, Anaïs Jurkiewicz-Renevier

Notes

(1) : Wessi et Ossi : expressions allemandes désignant respectivement les Allemands de l’Ouest et de l’Est(

(2) : «Wir sind ein Volk» : « Nous sommes un seul peuple ».

–> A voir aussi pour approfondir, le dossier d’Arte sur la réunification.

Liens en allemand :

Welt am Sonntag : « Ce que nous coûte le Soli »

Welt online : « Les salaires de l’Est »

Taz : « Les Allemands de l’Est donnent du peps à l’Ouest »

Faz : « En quoi les Allemands de l’Est sont meilleurs »

Faz : Discours du président C. Wulff